Gestion des factures, encaissements, trésorerie… les frais bancaires touchent toutes les activités des professionnels. Largement contrôlée par les grands instituts bancaires, la gestion des comptes professionnels attire les convoitises de nouveaux acteurs, et en particulier des entreprises issues de la FinTech. Avec une approche disruptive du secteur, ces « néobanques » cassent les prix. Mais pas uniquement…

De 2 à 5 fois moins cher

En moyenne, les entreprises ont payé 451 euros de frais bancaires en 2013. De la mise à disposition de cartes bancaires en passant par l’accès aux services sur internet ou aux relevés de compte, les banques facturent largement la gestion des entreprises. Avec pour chaque secteur d’activité, de grandes disparités entre les professionnels.

Profitant de l’essor des statuts de travailleur indépendant, et pour contrer ces prix, de nouveaux acteurs s’imposent sur le marché : AnyTime, Boursorama ou Soon. Avec des prix allant de 6,50 à 21 euros par mois, ces sociétés concurrencent directement les offres des banques traditionnelles.

//e.infogr.am/306798ef-7e15-44c1-a181-00315165f113?src=embed

100 % digitales, les néobanques offrent les mêmes services de référence que les banques traditionnelles. Carte bancaire, relevé de compte, dépôt, virement… tout en facturant des prix aux professionnels 2 à 5 fois moins chers.

Des prix élevés pour les professionnels et où les particuliers ne sont pas en reste. Une récente étude réalisée par Meilleurbanque.com, portant sur 54 établissements bancaires, révèle une augmentation de 13% des frais de tenue de compte en 2017, de 4,5% les retraits dans les distributeurs et de 3,35% le coût des cartes de crédits.

Une nouvelle génération de services

Alliant la gestion financière aux nouvelles technologies, ces entreprises misent sur des services facilitant la vie quotidienne des chefs d’entreprises. À travers des applications mobiles ou via la dématérialisation des actes quotidiens, la relation entre le professionnel et ces néobanques se trouve transformée et simplifiée. Les banques en lignes profitent ainsi d’un secteur en fort développement.

La société AnyTime propose, par exemple, la facturation par SMS, ou la consultation des transactions instantanées via une application. Soon, l’offre rattachée à AXA Banque, propose la géolocalisation des dépenses ou l’envoie d’alertes sur le mobile en cas de découverts.

Des innovations qui attirent, en particulier, les professionnels qui souhaitent gagner du temps dans les démarches administratives. Et à moindre coût.

Un large spectre d’entreprises

Relativement récentes sur le marché, ces offres de comptes professionnels se différencient principalement par les services qu’accompagne la gestion des comptes. Ciblant les autoentrepreneurs, l’offre Soon d’AXA Banque est limitée à son strict minimum. Plus novateurs par ses services, la société AnyTime s’adresse à tous types de professionnels. TPE, professions libérales ou commerçants, la plateforme s’adapte à chaque profil.

L’exemple de la mise en place d’un générateur de 200 cartes bancaires virtuelles ou physiques chez AnyTime, permet ainsi une gestion des notes de frais simplifiée pour des agents commerciaux, par exemple.

AnyTime garde néanmoins un pied dans les services physiques dont ont besoin les professionnels. L’encaissement de chèques est compris dans son offre et la société propose la possibilité de terminaux de paiement pour les commerçants.

Évolution du marché du travail

L’entrée de ces nouveaux acteurs sur le marché des comptes professionnels s’inscrit dans une transformation plus large du salariat. En particulier l’essor de l’économie collaborative, de type AirBnB ou BlaBlacar, qui multiplie les sources de revenus.

De fait, le marché du travail s’individualise. Chacun devenant de plus en plus des autoentrepreneurs, la gestion des actes professionnels, tels que la tenue de compte, se généralise. Et la perspective d’une « ubérisation » de la société, laisse présager un fort développement de ces néobanques.